En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Texte à méditer :   L'émulation est l'essence du football.   Pierre de Coubertin
Nostalgie

Nous contacter
Photos
Pratique
Calendrier
Nouvelles
sur ROBERT NUIGUES - le 28/11/2007 13:12 par humain
Supposé gros bras du National, l'AS Cannes a vécu une intersaison très agitée et plafonne au classement (5 points en 6 matches). Le nul à Trélissac a démontré du mieux, mais il faudra confirmer contre Dijon.

C'est une drôle d'intersaison qu'a vécue l'AS Cannes. D'abord au niveau des techniciens. René Marsiglia a préféré rejoindre Alès à l'intersaison. Guy David a eu juste le temps de tenir une conférence technique à ses joueurs avant de renoncer suite à un désaccord financier. Bernard Casoni a jeté l'éponge à 72 heures du championnat à la suite de problèmes avec ses dirigeants. Christian Lopez, son remplaçant au pied levé, aura tenu cinq matches avant d'être remercié le soir même d'une nouvelle défaite à domicile face à Louhans.
Buigues cinquième coach
A 52 ans, Robert Buigues, l'ancien entraîneur de Niort, Créteil et Paris FC, a donc pris au débotté le gouvernail d'un navire à la dérive. « J'étais venu pour suppléer Christian Lopez au centre de formation et permettre au club d'être en conformité au niveau des diplômes », raconte-t-il. « Quand le président a décidé de remplacer Lopez, j'ai un peu été mis devant le fait accompli, mais le challenge m'intéressait, je n'avais pas d'états d'âme à avoir. »
Jusque-là, Robert Buigues n'avait vu jouer l'équipe cannoise que deux fois. « J'ai découvert l'ensemble des joueurs il y a une semaine. Ils se posent beaucoup de questions et manquent de confiance. Il y a eu beaucoup de va-et-vient au sein de l'effectif et ils ont perdu leurs repères. »
Le groupe azuréen a en effet perdu neuf joueurs, dont Grimaldi très récemment (parti à Angers). Par ailleurs, l'attaquant Silvestri a apparemment été licencié par téléphone la semaine dernière. Robert Buigues ne s'avance pas sur ce sujet : « C'est assez confus. Je ne connais pas ce joueur. »
Des formes différentes
Au niveau des arrivées, les onze nouveaux ont rejoint Cannes à des dates différentes. « Il y a une grande disparité dans les états de forme », constate d'ailleurs le coach azuréen. « Certains ont connu de longs mois d'inactivité, d'où des blessures. C'est un vaste chantier. » Pour savoir où porter ses efforts, Robert Buigues a multiplié les entretiens individuels : « Il fallait apprendre à connaître tout le monde, même si le match à jouer dès le vendredi ne m'a pas laissé beaucoup de temps. »
A Trélissac, les Cannois ont eu une belle réaction (match nul 1-1). Ils ont joué haut en première période, gagnant la majorité des duels et la bataille au milieu de terrain sous la houlette d'un Rizzetto brillant. Le but de Suarez n'a pourtant pas fait de petits, Joseph manquant plusieurs occasions de tuer le match. Après l'heure de jeu, à force de laisser l'initiative du jeu à leurs adversaires, les Cannois ont laissé Molinier égaliser.
En challengers
« Nous avons trop reculé, à la fois à cause de la pression de Trélissac, mais aussi parce que trop de garçons ne sont pas encore opérationnels durant 90 minutes », estime l'entraîneur cannois. « Ce résultat me laisse partagé entre la satisfaction d'avoir vu l'équipe réagir et la déception de ne pas avoir pris trois points qui nous auraient fait un bien énorme. »
La victoire est donc impérative contre Dijon, mais Robert Buigues aborde ce match profil bas : « Les clubs pros qui descendent ont du mal à rebondir, il n'y a là rien d'extraordinaire. Nous avons prouvé vendredi pendant une mi-temps qu'il y a de la qualité dans cette équipe, mais il ne faut pas se raconter d'histoires, nous sommes dix-septièmes. Il y a donc seize équipes meilleures que nous, dont Dijon. Nous allons donc jouer ce match en challengers et faire en sorte que le petit s'impose face au gros. »
Philippe CROLY-LABOURDETTE
Supposé gros bras du National, l'AS Cannes a vécu une intersaison très agitée et plafonne au classement (5 points en 6 matches). Le nul à Trélissac a démontré du mieux, mais il faudra confirmer contre Dijon.

Les lions des Aurès
animbanlyon.gif
Recherche
 
Fermer
Temps à Batna

Visiteurs par pays

free counters

Visites

 493675 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
7 Abonnés
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

Texte à méditer :   L'émulation est l'essence du football.   Pierre de Coubertin